Combien coûte un chasseur immobilier ?

Faire appel à un chasseur immobilier vous permettra de gagner du temps et de l’argent dans le cadre de votre recherche d’un bien immobilier. Cependant, le service proposé par le chasseur immobilier a également un coût. Alors, quels sont les tarifs pratiqués par ces professionnels de la recherche d’appartement et maison ?

Une rémunération seulement en cas de succès

Tout d’abord, bonne nouvelle : sauf exception, le chasseur immobilier ne perçoit une rémunération qu’en cas de succès de la mission que vous lui avez confiée, c’est-à-dire si vous finissez par acheter le bien immobilier qu’il vous aura trouvé. Les honoraires sont alors perçus au moment de la signature de l’acte authentique, chez le notaire.

Le chasseur immobilier ne fait normalement payer aucun frais de dossier, ou aucun frais fixe. S’il ne trouve pas le bien de vos rêves, vous n’aurez donc rien à payer.

Un tarif à la commission

De manière générale, le chasseur immobilier se rémunère selon une commission fixée sur la base du prix de vente du bien immobilier que vous achèterez. Le tarif évolue alors souvent de manière dégressive, selon un pourcentage du prix d’achat : plus l’appartement, la maison ou le local acheté est cher, plus le pourcentage de rémunération du chasseur immobilier diminue.

Par exemple, pour un bien immobilier dont le prix d’achat net vendeur est inférieur à 300 000 ou 500 000 euros, un chasseur immobilier peut percevoir une commission de l’ordre de 3 %. Ce taux est ainsi dégressif, et peut chuter à 1,5 % au-delà de 1,5 million d’euros. Pour des acquisitions à un prix aussi élevé, certains chasseurs immobiliers se rémunèrent même sur la base d’une somme forfaitaire.

Dans tous les cas, vous ne payez que si la transaction est effectivement réalisée.

Une distinction avec ou sans intermédiaire

La majorité des chasseurs immobiliers va également opérer une distinction dans les tarifs pratiqués selon si le bien acheté a été proposé sans intermédiaire (vente auprès d’un particulier) ou avec intermédiaire (agence immobilière notamment, mandataire, etc.). Les honoraires sont alors inférieurs dans ce second cas.

Pour les tarifs liés à la location d’un bien – et non à son achat –, il est en général préférable de se renseigner directement auprès du chasseur immobilier. Dans tous les cas, mieux vaut discuter directement avec le professionnel des tarifs pratiqués, afin qu’ils soient adaptés au mieux à votre cas. Cela vous permettra d’en tenir compte dans le coût global de l’acquisition de votre bien immobilier, c’est-à-dire en additionnant prix d’achat du bien, honoraires du chasseur immobilier, frais de notaire, éventuels frais de travaux et décoration, et commission éventuelle à payer à une agence).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *